Accueil    Jeux de société   Jeux sur le Web    Logiciels     Boutique     Forum  
 Pandocreon.com 
Inscription / login
Présentation Association Mon compte
contact@pandocreon.com


Nouveau !
FrancaisPandocreon.fr  français
EnglishPandocreon.com  english

L'inscription à ce site est gratuite.
Elle vous permettra de participer aux forums, d'acheter sur la boutique en ligne, de vous abonner à la newsletter, de jouer aux jeux sur le web...

Login
MdP

Inscription

NOUVEAU : le Web-jeu Pandocréon Cromlech en version WAP sur http://pdcr.net !

La philosophie de Pandocréon
Le but de Pandocréon est de fournir des jeux (principalement de société, mais aussi en version électronique) de qualité, sous une licence libre permettant à tout-un-chacun de les modifier, les distribuer et les vendre (mais permettant aussi à tout le monde de bénéficier des améliorations qui y sont apportées).

Qu'est-ce qu'une "licence libre" ? Nées du monde informatique, ce sont des ajouts au copyright sous lequel toute œuvre est naturellement placée. Lorsqu'une personne crée quelque chose (dans n'importe quel domaine : programme informatique, objet d'art, texte littéraire, etc.), elle peut choisir ce qu'autrui pourra faire avec. En simplifiant, le but des licences libres est de dire "voilà ma création, il est impossible de m'en enlever la paternité, mais je vous invite à y participer".

Des exemples de réussites commerciales existent, prouvant la légitimité de l'ouverture du processus créatif. Les principaux proviennent des jeux de rôles, où très tôt le magazine Casus Belli édita un jeu simple et abordable, SimulacreS, en indiquant explicitement que toute création basée sur les règles de ce jeu était autorisée et même encouragée. Le résultat de cette politique fût l'apparition de dizaines de jeux de rôles amateurs, certaines de fort bonne qualité, dont le dynamisme est encore profitable aujourd'hui au milieu des rôlistes francophones.
L'autre exemple majeur est visible actuellement dans la stratégie qui a conduit à la version actuelle de Donjons et Dragons, aussi connu sous le nom de Système D20 (car utilisant uniquement un dé à 20 faces). Au lieu de réaliser des règles uniquement utilisables par les extensions propres à l'éditeur, Wizards of the Coast en a ouvert l'accès à d'autres œuvres. Le constat est là encore positif pour tout le monde ; Wizards vend plus de livres de règles (car pour chaque joueur s'achetant un jeu compatible D20, il y a une vente associée du livre de règles et/ou du manuel du joueur), les autres éditeurs profitent du marché de D&D pour élargir leur clientèle, les joueurs hésitent moins à s'acheter plus de jeux (car ils en connaissent les règles de base communes, et les jeux sont moins gros donc moins chers car débarrassés d'une bonne partie de leur contenu). Tout cela sans compter les jeux amateurs basés sur le système D20, les magazines, salons, ... bref, toute une industrie ludique qui s'est créée grâce à un esprit d'ouverture (intelligemment guidé par les perspectives de gains, évidemment).

Mais alors ne serait-il pas possible d'imaginer ce que la philosophie du "Libre" pourrait amener de plus ? La toute première chose à garder à l'esprit est que, dans ce domaine, des "environnements" (pour reprendre des termes informatiques) "propriétaires" et "libres" peuvent tout à fait se cotoyer sans encombre, en s'enrichissant au contraire mutuellement. Imaginons.
Imaginons que certains jeux aient leurs règles placées sous une licences libre ; pas seulement gratuit, mais libre. N'importe qui aurait le droit légal (et non pas uniquement toléré par l'éditeur) de traduire le jeu dans autant de langues que voulu, et de diffuser ces traductions. Tout un chacun pourrait modifier les règles du jeu, en créer des extensions ; ces ajouts et modifications pourraient tout à fait être intégrés dans la version "officielle" du jeu qui s'améliorerait alors sans cesse, en profitant de l'expérience et de l'imagination de tous.
N'importe qui pourrait éditer le jeu sous la forme qu'il veut. Ce point est sûrement celui qui doit déranger le plus les éditeurs traditionnels. En effet, pourquoi s'embêter à éditer un jeu que n'importe qui peut trouver gratuitement ? Mais il ne faut pas oublier que ce sont les règles (leur texte, en fait), qui est librement distribuable. Un éditeur pourrait donc se lancer dans la diffusion du jeu avec tout ce que cela comporte de tangible : boite, règles imprimées, cartes, pions, dés, ... Il est vrai que rien n'empêcherait un éditeur concurrent de sortir sa propre version du jeu. Ce serait légalement possible, et alors ? Si le premier jeu est de bonne qualité, aucune autre société ne prendrait le risque de passer pour un "suiveur" ou pire, un "copieur". Mais si le nouveau jeu est de meilleur qualité, inclut des extensions, offre plus de choses (que sais-je, un abonnement à un magazine de jeux, un accès privilégié à un site Web, tout est imaginable), c'est le joueur qui y gagne. Et c'est donc le marché entier du jeu de société qui progresse.
On pourrait même penser aller plus loin. Un tel jeu libre aurait sûrement des versions "à faire soi-même". On vous livre les images, les règles, et vous n'avez plus qu'à imprimer et découper le tout. On peut imaginer que certaines de ces versions soient elles-aussi placées sous licence libre. Nous obtenons donc un jeu ayant règles et support disponibles pour tous. Encore une fois, n'importe quel éditeur pourrait prendre ces données pour éditer le jeu tel quel. Et encore une fois, et alors ? Ceux qui auraient créé les règles et les images du jeu l'auraient-ils fait pour l'argent ? Non. Par contre, il y aurait certainement un marché pour les gens n'ayant pas le temps/l'envie/l'imprimante nécessaire pour se faire le jeu eux-même et qui seraient alors très contents de bénéficier d'une version commerciale accessible. Et un autre éditeur pourrait partir des règles et des images disponibles, les modifier et commercialiser une version différente du jeu, que les différences soient dans le fond (les règles) ou dans la forme (image de la boite, des cartes, etc.). Là encore, dans la mesure où ces éléments sont sous licence libre, les modifications le seraient elles-aussi ; les nouveaux éléments seraient donc accessibles et utilisables par tous. Dans toute cette dynamique, on voit rapidement que le grand gagnant de l'histoire, c'est le jeu lui-même, qui s'améliore sans cesse, avec des règles toujours plus riches et un aspect toujours plus beau. Et si le jeu y gagne, c'est qu'en définitive les joueurs eux-mêmes y gagnent.